samedi 14 mars 2015

Saint-Pierre : Ville d'Art et d'Histoire - Martinique, Antilles Françaises

Saint-Pierre


La visite de Saint-Pierre lors d'un séjour en Martinique est indispensable. C'est une ville située au pied de la Montagne Pelée, le seul volcan actif de la Martinique, avec une très large baie à l'abri du vent en faisant un mouillage particulièrement apprécié. Saint-Pierre était il y a plus de 100 ans la capitale économique et culturelle de la Martinique, surnommée "Le Petit Paris" : tout se passait à Saint-Pierre. La catastrophe naturelle la plus meurtrière du XXe siècle (30.000 morts en quelques minutes) a anéanti à jamais les rêves de gloire de la ville. C'est aussi la première fois qu'une éruption de ce type est décrite par les scientifiques, donnant le nom de "Péléen"aux volcans de type explosif.

Waouh ! Quel suspens !

1) Histoire


Nous sommes en 1902, fin avril/début mai. Le deuxième tour des élections municipales est en cours de préparation, la ville est en effervescence. 

Flashback : depuis 1889, la montagne qui dominait la ville montrait des signes d'activité : fumerolles, coulées de boue, grondements sous-terrains, séismes...

Retour en 1902. Dès la fin du mois d'avril, les signes d'intensification de l'activité volcanique sont évidents : des grondements sous-terrains se font de plus en plus persistants, des cendres recouvrent la ville de Saint-Pierre, un lac environnant se remplit d'une eau bouillonnante et une odeur de soufre envahit la ville, le 5 mai soit 3 jours avant l'éruption, une coulée de boue massive détruit l'usine Guérin, tuant 25 personnes au passage et provoquant un tsunami qui détruit les quartiers du bord de mer. Le 6 mai, un tableau franchement inquiétant : des pluies torrentielles, des animaux qui fuient les environs et envahissent la ville (serpents venimeux tuant quelques personnes au passage, fourmis, scolopendres), des coulées de boue dans tous les ruisseaux de la région. Toute la ville est recouverte d'un épais tapis de cendres, sur la terre ferme et en mer. Pour autant, aucune mesure d'évacuation n'est prise : les autorités se veulent rassurantes. Les élections sont la priorité.

Le jeudi 8 mai 1902, jour de l'Ascension, toute la ville est à la messe, à la cathédrale Notre-Dame-du-Bon-Port. Il est presque 8h du matin. Une explosion entendue à des milliers de kilomètres et un nuage toxique composé de gaz, de solides, à 1000°C détruisent la ville en mois de 3 minutes, le nuage déferlant à la vitesse de 500 km/h. La totalité du nuage (nuée ardente) est dirigée vers la baie de Saint-Pierre, à cause de localisation de la brèche à flanc de montagne causée par l'explosion. Les  dizaines de bateaux présents dans la rade de Saint-Pierre brûlent pendant plusieurs heures voire plusieurs jours. Trente mille personnes décédées en moins de 3 minutes : brûlées, asphyxiées, écrasées sous des morceaux de bâtiments, vision d'apocalypse.

D'autres éruptions avec nuées ardentes auront lieu pendant plusieurs mois après celle-ci, faisant plus de victimes, notamment le 30 août au Morne-Rouge et autres communes avoisinantes qui n'avaient pas été évacuées. Le volcan finira son activité en 1910, laissant de temps en temps sortir quelques fumerolles, histoire de.

Survivront à cette éruption deux personnes. Le plus célèbre est le prisonnier Cyparis : il était enfermé dans le cachot de la prison, enfermé pour bagarre d'ivrogne. Il s'en sortira avec des brûlures au 3e degré sur la majorité du corps, mais les murs épais du cachot l'auront protégé. Pendant 3 jours, il est resté enfermé après le drame, buvant de l'eau de pluie. Il sera soigné puis engagé par un cirque américain qui le présentera comme le seul rescapé de l'éruption.

2) De nos jours : visite des ruines de Saint-Pierre


Saint-Pierre n'a jamais récupéré son statut de plus grande ville de la Martinique et capitale économique et culturelle, l'imposante silhouette de la Montagne étant un rappel permanent de la catastrophe, et de la menace toujours présente. Saint-Pierre est maintenant une petite ville reconstruite sur ses ruines et mettant en avant son histoire, ma foi plutôt intéressante.

Quand on arrive à Saint-Pierre, on ne voit qu'elle, cette Montagne qui domine tout. Elle paraît calme, mais elle est surveillée 24/24h et 7/7 jours par l'Observatoire du Morne des Cadets, fondé par les scientifiques venus étudier cette catastrophe unique pour l'époque. Le volcan est endormi et non éteint.

A Saint-Pierre, on vient visiter les ruines sur la terre ferme (le théâtre, la prison, l'hôpital psychiatrique, etc.), mais aussi sous l'eau : les épaves des navires détruits par l'éruption, en plongée sous-marine.

Comme dit l'Office du Tourisme quand on leur demande s'il y a "un parcours" qui montre les principales ruines, "la ville est reconstruite sur ses ruines, donc elles sont partout". Effectivement : les bâtiments sont moitié pierres de carrière noires brûlées et ciment récent, les murs séparant les maisons sont des vestiges de l'époque, les ruines sont partout.

En revanche, il y a bien évidemment des sites spécifiques qui ont été préservés, entretenus, protégés et mis en avant, notamment le fameux théâtre de la ville, situé juste à côté de la prison, en plein centre-ville. Ces deux sites sont incontournables.

En contre-bas, des vestiges d'entrepôts, de quartiers commerciaux du port de la ville : Le quartier du Figuier. De chaque côté de ces entrepôts, des escaliers en pierre. D'ailleurs, ils m'ont fait penser au Pérou et aux Incas : pas foutus de faire des escaliers corrects non plus, hein, à l'époque... Attention aux genoux.

Pratiquement toutes les rues de Saint-Pierre sont des rues pavées, et étroites, non modifiées depuis cette époque. En dehors des 2 rues principales parallèles qui traversent la ville (une dans un sens, et l'autre dans l'autre sens), les rues sont pratiquement toutes d'époque.

Un peu plus loin du centre, dans le Quartier du Fort, et un peu moins entretenues que les ruines du Théâtre et de la prison, on retrouve les ruines de l'ancien hôpital Psychiatrique (Maison Coloniale de Santé) et la Chefferie du Génie (génie civil). La Rue Monte-au-Ciel est également visible, une rue en escaliers reconstruite à l'identique. Enfin, les ruines de l'Église du Fort qui dominent la baie.

L'office de tourisme de Saint-Pierre est situé dans le centre-ville, juste avant le musée.

Saint-Pierre

Saint-Pierre

Saint-Pierre
Ruines du Théâtre de Saint-Pierre

Saint-Pierre
Ce qui fut l'intérieur du théâtre : 800 places

Saint-Pierre
Cachot de Cyparis - Le mur de droite est le mur commun entre le théâtre et la prison (en contrebas)

Saint-Pierre
Quartier du Figuier

Saint-Pierre

Saint-Pierre
La Montagne Pelée découverte !

Saint-Pierre
Ruines de la Maison Coloniale de Santé (Hôpital Psychiatrique)

Saint-Pierre
Ruines de la Maison du Génie, en face de la Maison Coloniale de Santé (civil)

Saint-Pierre
Chaise clouée au sol - Maison Coloniale de Santé

Saint-Pierre
Centre d'hydrothérapie - Maison Coloniale de Santé

Saint-Pierre
Rue Mont-au-Ciel, quasi identique à celle d'avant l'éruption de 1902

Saint-Pierre
Ruines de l'Eglise du Port


3) Musée Vulcanologique et Historique Franck Perret


Tout petit. Mais il donne quand même des frissons ! Oui, je parle toujours d'un musée, vous et votre esprit mal placé...

Le musée et les objets qui s'y trouvent vous permettent de vous faire une idée sur le ville de Saint-Pierre avant et après l'éruption cataclysmique de 1902 : petits objets du quotidien, photos, correspondances, etc. En plein centre de l'unique pièce qui constitue le musée, la cloche de la cathédrale Notre-Dame-Du-Bon-Port éventrée et déformée par la chaleur de la nuée ardente.

L'entrée est à 5€ pour le adultes. Le musée est petit et probablement un peu poussiéreux, on n'est pas au Louvre, mais les objets qui s'y trouvent racontent une histoire. Il peut se visiter en 15 minutes  et on peut dire "5€ pour ça c'est trop", comme on peut y rester 30 à 40 minutes à essayer de comprendre ce qui s'est passé en lisant les rares témoignages et en regardant les photos. Un reproche : certains articles sont épinglés trop loin ou plutôt trop haut sur le mur pour être lus correctement, c'est dommage. Tout est authentique, ce n'est pas hollywoodien, c'est un petit musée, sur une petite ville d'une petite île, qui a été détruite en 3 minutes. Personnellement, certains objets ou certaines lectures m'ont donné des frissons... Mais ce n'est que moi.

On y apprend également que c'est la première fois qu'un tel phénomène a pu être étudié, et que des spécialistes internationaux sont venus après l'éruption dans ce but.

Pas le droit de faire des photos à l'intérieur... Mais l'énorme cloche qui trône au centre de la pièce est si tentante...





Saint-Pierre est aussi très connue pour ses spots de plongée sous-marine, plébiscités par l'ancienne équipe du Commandant J.-Y. Cousteau ! Rien que ça...

Que voulez-vous savoir d'autre sur la Martinique ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire